Startseite

Antoine François Prévost d’Exiles: Die Geschichte der Manon Lescaut und des Chevalier des GrieuxAbbildungenDeskriptionAnmerkungAvis de l’auteur

Des aventures de fortune et d’amour

Antoine François Prévost d’Exiles:

Die Geschichte der Manon Lescaut und des Chevalier des Grieux.

Leipzig: Insel-Verlag, 1923.

Octavo. 169 × 108 mm. 281, [3], [2]w. Ss. sowie acht Blatt Heliogravüren nach den Radierungen der Didot-Ausgabe von 1797 von J. J.Coiny nach L. J. Lefèvre.

Handgebundener dunkelbrauner Original-Saffianband unter Benutzung alter Buchbinderstempel auf fünf echten, erhabenen Bünden mit einem Titelschild aus hellerem Leder auf dem zweiten Rückenfeld, die anderen mit kleinen Rahmen sowie Lilien-ähnlichen Mittelstempeln vergoldet; unten die Jahreszahl. Die Deckel vergoldet mit Randrahmen aus Linien und Fileten, in den Ecken nach innen weisend der fleurale Stempel des Rückens. Auf dem Vorderdeckel zusätzlich mittig ein etwas größerer, ornamentaler Stempel. Innenkantenvergoldung aus zwei Linien, handgestochene gelb/grüne Seidenkapitale, gelbes Lesebändchen, Kopfgoldschnitt. Vorsätze aus schönem, feinstrukturiertem Achat-Marmor in hellbraunem Grundton. Signiert auf dem hinteren Spiegel unten: „J. F. Bösenberg Leipzig“.

Eins der seltenen Exemplare der Vorzugsausgabe aus der fünften Insel-Auflage dieses Titels, die in verschiedenen Lederfarben von Bösenberg handgebunden wurde und die zusätzlich die nicht der Normalausgabe beigegebenen Photogravüren nach den Illustrationen der Didot-Ausgabe aufweist. Variante, bei der dem Textschluß auf p. [282] eine weiße Seite gegenübersteht, das Impressum befindet sich auf p. [284]; pp. [285/6] weiß. — Druck der Heliogravüren von Meisenbach Riffarth & Co.; des Textes durch die Spamersche Buchdruckerei. Der Einbandrücken ist abgebildet in „Verzeichnis aller Veröffentlichungen des Insel-Verlags 1899-1924“, letzte Tafel. Die Übersetzung rührt von Rudolf Georg Binding (* 13. August 1867 in Basel; † 4. August 1938 in Starnberg).

Einband von minimalen Bereibungen nahe den Bünden abgesehen wohlerhalten; obere Ecke des Buchblockes mit schwacher Stauchung, sonst sehr frisch und schön.

Sarkowski 1266 B VA (diese Variante Sarkowski unbekannt: pp. [283/284] & [285/286] als Doppelblatt nach dem Textschluß einmontiert).

 

Manon Lescaut, one of the greatest novels of the century, is very short; it is entirely free from improbable incident, it is penetrated by the truest and most cunningly managed feeling; and almost every one of its characters is a triumph of that analytic portraiture which is the secret of the modern novel. The chevalier des Grieux, the hero, is probably the most perfect example of the carrying out of the sentiment “All for love and the world well lost” that exists in fiction, at least where the circumstances are those of ordinary and probable life. Tiberge, his friend, is hardly inferior in the difficult part of mentor and reasonable man. Lescaut, the heroine’s brother, has vigorous touches as a bully and Bohemian; but the triumph of the book is Manon herself. Animated by a real affection for her lover, and false to him only because her love of splendour, comfort and luxury prevents her from welcoming privation with him or for him, though in effect she prefers him to all others, perfectly natural and even amiable in her degradation, and yet showing the moral of that degradation most vividly, Manon is one of the most remarkable heroines in all fiction. She had no literary ancestress; seems to have sprung entirely from the imagination, or perhaps sympathetic observation, of the wandering scholar who drew her. Only the Princesse de Clèves can challenge comparison with before or near to her own date, and in Manon Lescaut the plot is much more complete and interesting, the sentiments less artificial, and the whole story nearer to actual life than in Madame de la Fayette’s masterpiece. — Encyclopædia Britannica, Eleventh Edition, Cambridge: University Press, 1911. Vol. XXII, pp. 311-312.

 

Avis de l’auteur

Quoique j’eusse pu faire entrer dans mes Mémoires les aventures du chevalier des Grieux, il m’a semblé que, n’y ayant point un rapport nécessaire, le lecteur trouverait plus de satisfaction à les voir séparément. Un récit de cette longueur aurait interrompu trop longtemps le fil de ma propre histoire. Tout éloigné que je suis de prétendre à la qualité d’écrivain exact, je n’ignore point qu’une narration doit être déchargée des circonstances qui la rendraient pesante et embarrassée ; c’est le précepte d’Horace :

Ut jam nunc dicat jam nunc debentia dici,
Pleraque differat, ac praesens in tempus omittat.

Il n’est pas même besoin d’une si grave autorité pour prouver une vérité si simple ; car le bon sens est la première source de cette règle.

Si le public a trouvé quelque chose d’agréable et d’intéressant dans l’histoire de ma vie, j’ose lui promettre qu’il ne sera pas moins satisfait de cette addition. Il verra dans la conduite de M. des Grieux un exemple terrible de la force des passions. J’ai à peindre un jeune aveugle qui refuse d’être heureux pour se précipiter volontairement dans les dernières infortunes ; qui, avec toutes les qualités dont se forme le plus brillant mérite, préfère par choix une vie obscure et vagabonde à tous les avantages de la fortune et de la nature ; qui prévoit ses malheurs sans vouloir les éviter ; qui les sent et qui en est accablé sans profiter des remèdes qu’on lui offre sans cesse, et qui peuvent à tous moments les finir ; enfin un caractère ambigu, un mélange de vertus et de vices, un contraste perpétuel de bons sentiments et d’actions mauvaises : tel est le fond du tableau que je présente. Les personnes de bon sens ne regarderont point un ouvrage de cette nature comme un travail inutile. Outre le plaisir d’une lecture agréable, on y trouvera peu d’événements qui ne puissent servir à l’instruction des mœurs ; et c’est rendre, à mon avis, un service considérable au public que de l’instruire en l’amusant.

On ne peut réfléchir sur les préceptes de la morale sans être étonné de les voir tout à la fois estimés et négligés ; et l’on se demande la raison de cette bizarrerie du cœur humain, qui lui fait goûter des idées de bien et de perfection dont il s’éloigne dans la pratique. Si les personnes d’un certain ordre d’esprit et de politesse veulent examiner quelle est la matière la plus commune de leurs conversations, ou même de leurs rêveries solitaires, il leur sera aisé de remarquer qu’elles tournent presque toujours sur quelques considérations morales. Les plus doux moments de leur vie sont ceux qu’ils passent, ou seuls ou avec un ami, à s’entretenir à cœur ouvert des charmes de la vertu, des douceurs de l’amitié, des moyens d’arriver au bonheur, des faiblesses de la nature qui nous en éloignent, et des remèdes qui peuvent les guérir. Horace et Boileau marquent cet entretien comme un des plus beaux traits dont ils composent l’image d’une vie heureuse. Comment arrive-t-il donc qu’on tombe si facilement de ces hautes spéculations, et qu’on se retrouve sitôt au niveau du commun des hommes ? Je suis trompé, si la raison que je vais en apporter n’explique pas bien cette contradiction de nos idées et de notre conduite : c’est que tous les préceptes de la morale n’étant que des principes vagues et généraux, il est très-difficile d’en faire une application particulière au détail des mœurs et des actions.

Mettons la chose dans un exemple : les âmes bien nées sentent que la douceur et l’humanité sont des vertus aimables, et sont portées d’inclination à les pratiquer ; mais sont-elles au moment de l’exercice, elles demeurent souvent suspendues. En est-ce réellement l’occasion ? sait-on bien qu’elle en doit être la mesure ? ne se trompe-t-on point sur l’objet ?

Cent difficultés arrêtent : on craint de devenir dupe en voulant être bienfaisant et libéral ; de passer pour faible en paraissant trop tendre et trop sensible ; en un mot, d’excéder ou de ne pas remplir assez des devoirs qui sont renfermés d’une manière trop obscure dans les notions générales d’humanité et de douceur. Dans cette incertitude, il n’y a que l’expérience ou l’exemple qui puisse déterminer raisonnablement le penchant du cœur. Or l’expérience n’est point un avantage qu’il soit libre à tout le monde de se donner ; elle dépend des situations différentes où l’on se trouve placé par la fortune. Il ne reste donc que l’exemple qui puisse servir de règle à quantité de personnes dans l’exercice de la vertu.

C’est précisément pour cette sorte de lecteurs que des ouvrages tels que celui-ci peuvent être d’une extrême utilité, du moins lorsqu’ils sont écrits par une personne d’honneur et de bon sens. Chaque fait qu’on y rapporte est un degré de lumière, une instruction qui supplée à l’expérience ; chaque aventure est un modèle d’après lequel on peut se former ; il n’y manque que d’être ajusté aux circonstances où l’on se trouve. L’ouvrage entier est un traité de morale réduit agréablement en exercices.

Un lecteur sévère s’offensera peut-être de me voir reprendre la plume à mon âge pour écrire des aventures de fortune et d’amour : mais si la réflexion que je viens de faire est solide, elle me justifie ; si elle est fausse, mon erreur sera mon excuse.